Enfant roi, parent sujet?

Nous entendons souvent l’expression “enfant roi” mais savez-vous vraiment en quoi cela consiste? Quelles sont les caractéristiques et que peut-on faire si nous reconnaissons en notre bout de chou plusieurs caractéristiques de l’enfant roi…

Enfant roi? Qu'est-ce que c'est que ça?

En fait, comme son nom l’indique, l’enfant roi dirige son petit royaume et même les parents sont devenus des sujets qu’il utilise pour répondre à ses désirs, même les plus fous. En fait, il prend ses désirs pour la réalité et fait peu de différence avec ses besoins réels. Cela se traduit aussi par de la difficulté à tolérer les délais, la frustration ou quelque contradiction que ce soit… Il aura aussi de la difficulté à partager SON adulte et aura recours à l’argumentation, jusqu’à l’obtention de ce qu’il désire.

Que peut-on faire?

Ce qu’il faut en conclure comme parent c’est que le petit roi  ne l’est  pas devenu  en un jour et qu’il a pris cette place car elle était disponible, qu’on  y a contribué à travers nos actes, voulant souvent bien faire…

Au centre de cette réalité, l’enfant roi manifeste ses comportements pour cacher une insécurité, voire une faible confiance en ses capacités. Comme parent, nous pouvons donc agir et faire en sorte que le sentiment de sécurité de notre petit roi soit augmenté et ainsi contribuer à reprendre notre rôle de parent, comme celui de chef de la famille.

Certaines attitudes parentales sont donc à privilégier :

  • Avoir des règles sécurisantes (claires, concrètes, constantes et cohérentes).
  • Faire une distinction entre punition et conséquence. La punition étant imposée et la conséquence liée à un choix (bon ou mauvais) fait par l’enfant face à une situation.
  • Lui permettre de faire des erreurs et dédramatiser la situation avec l’enfant.
  • L’aider à développer sa tolérance aux délais et aux frustrations en concrétisant le temps de réponse de façon réaliste (minuterie, constance dans les retours).
  • Recentrer l’enfant sur le VRAI but à atteindre par sa démarche (différence entre désir et besoin).
  • Accorder plus d’importance aux efforts fournis qu’aux résultats obtenus.
  • Transformer les difficultés rencontrées en défi à relever.
  • L’aider à développer sa sensibilité aux autres en soulignant de façon positive les succès des autres sans comparer.
  • Valoriser tout geste de générosité, aussi minime soit-il et encourager à en refaire l’expérience, celle de donner!
 

En conclusion, le royaume du petit roi est plutôt fragile, car cette place ne lui revient pas naturellement. La reconnaissance de  la présence d’un petit roi dans sa chaumière est la première étape d’une démarche qui vise à rétablir le bon ordre dans le Royaume de la vie familiale.

Anick et Andréanne, 

Psychoéducatrices

Autres articles sur le blogue

Des vacances inoubliables… pour les bonnes raisons !

Le top 3 des bonheurs d’été!

Enfin les vacances !!

Prenez rendez-vous avec nos spécialistes